Signature le 18 juillet de la convention de création d'un « master UTSEUS de SHU »
     

    Faisant suite au protocole d’accord signé début mars 2019, également à Shanghai, la convention relative à la création d’un master à l’université de technologie sino-européenne de l’université de Shanghai (UTSEUS) dans la spécialité Mécatronique par l’université de Shanghai et les universités de technologie (UTBM, UTC, UTT) a reçu les dernières signatures lors d’une cérémonie organisée le 18 juillet à l’université de Shanghai (SHU).

    En présence de M. Philippe Courtier, directeur de l’UTC, et du président de SHU M. LIU Changsheng, la rencontre a aussi permis des échanges sur les perspectives offertes à terme par ce nouveau programme, le premier de ce niveau depuis la création de l’UTSEUS en 2005.

    En plus de Mme GONG Siyi, vice-présidente de SHU chargée du suivi des coopération internationales, étaient également présent à la cérémonie pour les parties M. Liao Hanlin, professeur à l'UTBM et membre du comité de pilotage de l’UTSEUS, ainsi que l’équipe de direction chinoise et française de l’UTSEUS.

    M. Fabien Chareix, attaché de coopération universitaire au consulat général de France à Shanghai, présent avec son adjointe Mme Le LIU, a confirmé le soutien des autorités françaises au développement des instituts franco-chinois en ingénierie tel l’UTSEUS.

           

    La convention prévoit que ce master UTSEUS de SHU a vocation à être admis par l’État français après avis de la commission des titres d’ingénieurs, et permettant la délivrance d’un diplôme national de master français (DNM) co-accrédité par les UT.

    Le master UTSEUS de SHU, tourné vers la mécatronique – dans le sens assez large des « systèmes cyberphysiques » -, recrutera des étudiants chinois et français, à terme environ 100 chaque année.

    Ce programme de master est une extension importante du système d’enseignement du premier cycle de bachelor de l’UTSEUS. L’objectif est de mettre en place un système intégré de formation des ingénieurs au sein de l’université de Shanghai, en s’inspirant du modèle français de formation des ingénieurs, afin de former des talents de haut niveau amenés à évoluer en milieu interculturel et internationalisé.